• 12 endives
  • 20cl de bouillon de légumes (bouillon de volailles)
  • 1 citron non traité (3/4 d'1 citron)
  • 30g de beurre
  • Sel & poivre du moulin
  • Râpée de noix de muscade
  • 2 cuillères à dessert de fécule de pomme de terre (pas mis)
  • Pluches d'aneth (de persil plat)

Avant de partir à Munich, pour stimuler l’arrivée tant espérée du printemps, je m’étais lancée dans de grands travaux ! Tout d’abord le repassage, je déteste ! Parallèlement, le nettoyage par le vide des recettes de cuisine déjà stockées dans des boîtes (tout aussi détestable, le choix est souvent cornélien et à moins de bénéficier de vies supplémentaires, j’ai des recettes en stock jusqu’en l’an 3014 ! ) Comme je ne sais pas choisir, j’ai fait une pré-sélection de recettes à réaliser rapidement et supprimer ensuite les reliques ! Si Choupette tire des merveilles de ses classeurs, pour ma part, certaines recettes conservées depuis des lustres sont presque inexploitables.

Recette

Préchauffer le four à 160°C suivant la recette originale. Ne pas laver les endives, enlever simplement les feuilles défraîchies. Creuser légèrement la base à l’aide d’un couteau pointu. Râper le zeste du citron, exprimer le jus. Disposer les endives dans un plat à four, parsemer des noisettes de beurre. Mélanger le jus de citron, les zestes, la muscade fraîchement râpée, le sel et le poivre au bouillon, verser sur les endives.

DSC_0007

Enfourner pour une 1 heure. Jusque là, rien de bien compliqué et j’aurais dû me méfier ! La quantité de jus de citron était trop importante. En chauffant le four à 160°C, il me fallait bien 2 heures de cuisson. J’ai augmenté la chaleur au bout de 20 minutes, arrosé les endives toutes les dix minutes et couvert le plat d’un papier cuisson. Malgré cela, 90 minutes plus tard les endives étaient roses à l’arête ! La recette préconisait de délayer le jus de cuisson avec la fécule et de faire épaissir à feu doux, j’ai estimé que cela était inutile, j’aurais eu un mélange trop épais. J’ai parsemé mes endives de la seule herbe que j’avais en stock : du persil plat finement ciselé.

DSC_0021

En conclusion, je ne dois pas me laisser éblouir par les recettes des grands chefs. À leur décharge, ce ne sont pas toujours eux qui vérifient l’exactitude de la recette dans les journaux. Leurs correcteurs ne sont pas forcément des virtuoses du piano. La prochaine fois, je blanchirai mes endives au moins 10 minutes avant de les passer au four. J’ajouterai le jus de citron avec parcimonie et laisserai toujours la fécule de côté. Je garderai le bouillon de volaille, mais je prendrai de l’aneth. Ainsi, avec ma petite touche personnelle, les endives de Ghislaine Arabian seront nettement meilleures !