Surprise par l’arrivée soudaine d’un hiver glacial, il s’en est fallu de peu que mes trois neurones déjà engourdis ne débutent la longue hibernation à laquelle ils sont habitués et que je manque à tous mes devoirs en omettant le sacro-saint partage des voeux. Inutile de préciser que cette période n’est pas ma préférée, et si j’avais le choix, je passerais directement de la Toussaint à la chandeleur ! Mais comme personne ne m’a jamais consultée pour que chaque année, je mette quasiment un trimestre entre parenthèses, que j’ai reçu quelques bonnes manières dans mon berceau, d’accord cela date, mais c’est indélébile, alors, avec la Munichoise, qui, si elle a quelques neurones supplémentaires, affiche cependant une température de – 17° la nuit dernière, nous souhaitons une excellente année à tous les gourmands de passage, les toqués de cuisine, les amis des chats, des chiens, des fleurs aussi et, bien entendu à toute la famille, enfin celle qui le mérite, avec une attention toute particulière à mes 3 Schreks  préférés.

Aujourd’hui pas de recette pour illustrer nos voeux, juste un aperçu de notre bûche de Noël ; laquelle, au dire des mauvaises langues, ce qui ne les a pas empêchés de la déguster au plus vite, ressemble plus à une locomotive, ce qui, finalement me paraît idéal pour prendre à temps le train de l’année 2017, à très vite.

∗ en référence au film de Claude Lelouch, récemment rediffusé sur Arte et que j’aime toujours autant.