• 1 gousse de vanille
  • ½ l de crème fleurette
  • 50g de sucre de canne blanc
  • 2 feuilles de gélatine
  • 2 grenades
  • 1 jus de citron non traité
  • 50g de sucre de canne blanc
  • ½ cuillère à café de gel de rose

Samedi dernier, ayant à peine atterri, j’ai été cueillie à la descente d’avion et convoyée jusqu’à une cuisine de fortune et embauchée illico par la Munichoise pour lui prêter main forte à une fête d’anniversaire accueillant au moins 80 personnes. Son week-end avait commencé sous le signe de la poisse ! La veille le piano tout neuf avait rendu l’âme pendant la cuisson de la dernière tarte Tatin, un moindre mal puisque la soirée fut un grand succès, nous pensions avoir conjuré le sort ! Dans l’euphorie ambiante, nous avions oublié les chapons du réveillon de Noël, le Kouglof du petit déjeuner, où les cuire ? Le kouglof fut dépêché chez une amie, le four d’un ami  emprunté pour le chapon, nous maîtrisions la situation. Venue prendre livraison du Kouglof, la Munichoise s’aperçoit d’un manque évident de cuisson, qu’importe… Avant d’enfourner le chapon, on laissera le kouglof 10 minutes dans le four. Dans  l’affolement de dernière minute, au moment de le démouler, il glisse des mains de la Munichoise, il sent merveilleusement bon, manque toujours de cuisson, le précieux moule glisse sur le marbre et se casse en deux ! Deux heures plus tard, le chapon cuit à point lui, moelleux, n’attend plus que sa purée de céleri. Je commence à mixer le céleri doucement dans le blender, peu à peu j’augmente la vitesse. Il devient onctueux, il ne reste plus qu’à parfaire l’assaisonnement. Le temps que je me retourne, la purée s’échappe par la base du bol, l’élément qui fait la jonction entre le bloc moteur et le bol vient de se casser en deux ! malédiction ou vice caché ! c’est la deuxième fois en 6 mois que cela lui arrive. J’utilise le même à Lyon au moins 2 fois par semaine ! Cela n’ a pas entamé notre bonne humeur et nous avons passé une excellente soirée. N’ayant aucune chance de trouver un four de remplacement pour la fin de l’année, il a fallu changer les menus. Le dessert de la Saint Sylvestre sera froid et issu de l’ancien blog.

Recette

Mettre la gélatine à ramollir 15 minutes dans une grande quantité d’eau froide. Fendre la gousse de vanille, racler les graines, mélanger à la crème, ajouter le sucre en poudre. Chauffer doucement la préparation, laisser frémir quinze minutes. Éloigner la casserole de la source de chaleur, incorporer vivement la gélatine essorée en fouettant. Filtrer la préparation et verser dans des verrines.

     DSC02933DSC02940    DSC02957

Presser 1 1/2 grenade, ajouter 200ml d’eau au jus, cuire doucement avec le sucre et le jus de citron en remuant de temps en temps, jusqu’à obtention d’une consistance sirupeuse. Réserver et laisser refroidir. Quand le sirop est froid, ajouter les grains de la grenade restante, parfumer au gel de rose. Démouler les panna cotta, verser le sirop par dessus, déguster.

IMG_2282    Panna cotta Ispahan

Un extrait du buffet des desserts de la soirée d’anniversaire et la dernière version de la panna cotta : Ispahan