• Cuisson des palourdes
  • 1,2kg palourdes
  • 60g Noilly-Prat
  • Préparation des légumes
  • 4 cuillères à soupe huile d'olive
  • 35g échalotes
  • 180g poireau (blanc et vert clair)
  • 70g céleri en branche (coeur)
  • 20g de gingembre
  • 400 + 100g tomates plein champ
  • jus d'un citron vert
  • 2 pomelos roses
  • herbes du jardin au choix
  • estragon persil plat

La réflexion d’une amie au retour de ma dernière cueillette ou plus précisément ma première cueillette post-confinement (ce billet fera date dans mes annales) m’a fait réfléchir sur ma façon de cuisiner les palourdes. Habituellement, je les prépare à la Marinière en variant les herbes et l’alcool ajouté, selon ce que je trouve dans le jardin et mon placard, à peu de choses près, toujours la même chose. Finalement, voulant servir mes palourdes pour un apéritif, j’ai déroulé ma recette au fur et à mesure des mes réflexions et une fois de plus de mes réserves, en incorporant au dernier moment une touche de fraîcheur découverte dans ma corbeille de fruits.

Recette

Ciseler les échalotes, le poireau, le céleri branche très finement, réserver. Tailler les tomates en brunoise, en réserver 100g. Peler les pomelos à vif et à l’aide d’un petit couteau détacher soigneusement les suprêmes, les tailler en 2 ou 3, réserver.

       

Rincer soigneusement les palourdes dans plusieurs eaux claires, les déposer dans un faitout, verser le Noilly-Prat par dessus et faire ouvrir à feu vif à couvert en les remuant souvent.

Quand elles sont toutes ouvertes, les décoquiller et réserver dans une terrine à température ambiante le temps de cuire les légumes. *

Dans une sauteuse, verser 4 cuillères à soupe d’huile d’olive, chauffer doucement les échalotes, poireaux et céleri, râper le gingembre par dessus, laisser fondre en remuant souvent. Ajouter les 400g de tomates ciselées et laisser mijoter 3 à 4 minutes.

       

Éloigner de la plaque chauffante, ajouter le reste des tomates, incorporer les herbes ciselées, les palourdes et les suprêmes de pomelo, mélanger et servir aussitôt.

Résultat, cet apéritif impromptu pouvait être servi en plat principal au vu de l’assentiment des convives enthousiastes ! Si contrairement à mon habitude, j’ai décidé de cuire les palourdes à part et non avec les légumes, c’est parce que les palourdes, de pêche à pied, sont beaucoup plus salées que celles du commerce et si le jus de cuisson qu’elles rendent est parfumé, il est beaucoup trop salé pour être ingéré tel quel.

* Filtrer le jus de cuisson des palourdes, on peut l’utiliser en partie pour faire un risotto, attention toutefois, ce jus est très salé.