• 1 kg de coquillages (moules, palourdes)
  • 1 échalote grise
  • 1 gousse d’ail
  • 4 brins de persil plat
  • 25cl vin blanc sec
  • 15cl de Noilly Prat
  • 20cl d’eau
  • 3 jaunes d’œufs
  • 4 cuillères à soupe de crème fraîche
  • 1 cuillère à café de curry
  • ½ jus de citron
  • 60g de beurre doux
  • 1 cuillère à soupe huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe d’estragon frais haché menu.
  • Pas de sel, le jus des coquillages est assez salé

La dernière grande marée, nous y étions, seules les palourdes n’étaient pas au rendez-vous ! Malgré des efforts surhumains et répétés, notre récolte sur trois jours s’est réduite à 20 palourdes, mais de belle taille pour nous deux. Pas assez pour un risotto, mais presque assez pour se réchauffer avec un petit velouté. La recette, quant à elle provient de l’ancien au blog et au départ je l’avais trouvé dans « Cuisine & Vins de France« .

DSC00686

Recette

Faire revenir 3 minutes dans de l’huile d’olive l’échalote et l’ail finement coupé, ajouter le vin blanc et laisser cuire 5 minutes à feu doux. Ajouter les palourdes , remuer et ouvrir à feu vif en couvrant, 5 minutes environ. Décoquiller, réserver, filtrer le jus. Dans une jatte, mélanger la crème, les jaunes d’œufs, le Noilly, le jus de citron et délayer avec le jus des coquillages. Remettre à feu doux, ajouter le curry, bien mélanger et ajouter l’eau peu à peu en fonction de la quantité souhaitée. Chauffer pour laisser le velouté épaissir, incorporer le beurre froid coupé en morceaux en fouettant vivement. Goûter, rectifier l’assaisonnement. Juste avant de servir, mixer le velouté pour augmenter le côté mousseux de ce velouté. Verser dans des assiettes chaudes, ajouter 1 à 2 cuillères à soupe de coquillages au milieu et parsemer d’estragon haché.  Déguster immédiatement.

DSC03019

 

 

 

 

Je n’ai pas retrouvée la recette d’origine, mais pour une fois je crois être restée assez proche de ce qu’elle était. Il faut juste faire attention à goûter le velouté pour vérifier l’assaisonnement. Les coquillages que l’on cueille sur l’estran sont beaucoup plus salés que ceux achetés chez le poissonnier.