• 800g ris de veau
  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 20g beurre doux
  • 2 échalotes
  • 5cl de Noilly Prat
  • 500g morilles
  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 20g beurre doux
  • 5cl de Madère

Durant le cours séjour passé chez elle avant Pâques, ma soeur a trouvé le temps de me régaler avec un de mes plat favoris, des ris de veau, servis avec un risotto aux morilles fraîches. Il est rare de trouver des recettes d’abats sur les blogs et et quand au hasard de mes lectures, j’en découvre une, je ne peux que m’en réjouir.

Recette

Le matin pour le dîner, ou la veille pour le déjeuner faire dégorger les ris de veau dans de l’eau froide vinaigrée en changeant l’eau plusieurs fois. Sous l’eau courante, enlever le plus possible le tissu conjonctif qui enferme le ris. Plonger le ris dans une casserole d’eau froide salée et porter à ébullition. Rafraîchir et dépouiller les pommes de ris du tissu restant. Mettre le ris nettoyé sous presse pendant 2 heures. Sécher le ris, le colorer dans un peu d’huile d’olive et une noix de beurre. Ajouter les échalotes dans le milieu de la sauteuse, laisser mijoter 3 à 4 minutes, ajouter le Noilly Prat, assaisonner, baisser la chaleur et prolonger la cuisson 10 minutes à feu doux.

IMG_9061   IMG_9065

Parallèlement, faire revenir les morilles dans de l’huile et un peu de beurre, ajouter 4 cuillères à soupe de Madère, bien mélanger, assaisonner.

IMG_9059   IMG_9067   IMG_9063

La cuisson du risotto se fait aussi en parallèle. Quand le risotto est al dente, dresser le tout harmonieusement sur une assiette chaude. et déguster. Comme j’apprécie moyennement le vin blanc, la Munichoise a accompagné son plat d’un vin de Pays d’Oc très agréable avec ses accents framboisés.

IMG_9080   IMG_9077

Comme je m’apprête à retourner à Munich, j’espère pouvoir collecter de nouvelles recettes et faire aussi le plein d’une friandise que je ne trouve qu’à l’aéroport de Munich. Je n’ai jamais compris pourquoi on en trouve pas en France.

DSC_0003